Toutes les familles heureuses se ressemblent; les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.
Léon Tolstoï

"Grosse gamelle !"

Où l’on apprend comment les vikings du Groënland se sont soudainement effondrés.

Erik le Rouge. Illustration : ARNGRIMUR JONSSON / GRONLANDIA,1688 / BIBLIOTHEQUE DE L'UNIVERSITAIRE CORNELL / COLLECTIONS RARES ET DE MANUSCRITS

Groënland, 985. De la brume épaisse qui enveloppe une mer glaciale, émerge une flotte de vikings. À la tête de cette expédition de cinq-cents personnes, Erik le Rouge.

L’endroit est inhospitalier. Pourtant, Erik et ses amis établissent une société florissante. Ils échangent de l’ivoire de phoque contre les denrées qui leur manquent avec la Norvège, et construisent d’innombrables églises. À leur apogée, ils sont près de cinq mille !

Pourtant, cinq cents ans plus tard, catastrophe ! Il n’y a plus de vikings au Groënland ! 

Pourquoi ? Parce que les vikings ont creusé leur propre tombe ! Entre le froid toujours plus polaire et les Inuits qui voulaient leur peau, la vie n’était certes pas facile. Mais ils étaient aussi responsables : en surexploitant leurs terres, ils les ont rendues stériles. Dans ces conditions, ils ne pouvaient pas survivre.

Tout comme les vikings du Groënland, de nombreuses civilisations se sont effondrées sans avoir rien vu venir. Mais d’autres ont survécu sans problème. Dès lors, à quoi devons-nous nous attendre pour l’avenir du capitalisme ?


Image : TAKEN / PIXABAY