Le rassurant de l'équilibre, c'est que rien ne bouge. Le vrai de l'équilibre, c'est qu'il suffit d'un souffle pour tout faire bouger.
Julien Gracq

"L’effet papillon"

Où l’on découvre une conséquence imprévue de la guerre de Sécession.

Alexander Gardner, Portrait d'Abraham Lincoln, 1863. Mead Art Museum.

Washington – 12 avril 1861. Depuis le bureau ovale de la Maison Blanche, le président Abraham Lincoln vient de prendre une terrible décision. En guerre contre des Etats qui souhaitent faire sécession pour former les Etats confédérés d’Amériques, il vient d’imposer à ces derniers un blocage total de leurs ports. Sans ports, pas d’exportations. Et sans le revenu des exportations, impossible de devenir indépendants ! Bingo !

Mais il y a un gros problème : ce blocus empêche l’acheminement du coton produit par les Etats confédérés vers l’Angleterre. Or les filatures anglaises, qui tournent à plein régime, utilisent massivement le coton américain. La pénurie touche le pays de plein fouet.

Parce que le coton américain est trop rare, son prix explose. De nombreuses filatures licencient à tour de bras. D’autres se tournent vers les cotons indiens, brésiliens ou égyptiens, dont les prix grimpent eux aussi en flèche, poussant les agriculteurs de ces pays à produire toujours plus.

C’est une véritable réaction en chaîne ! Comment s’explique-t-elle ? Et y avait-il une façon de l’éviter ?

Thomas Allom, Métier à tisser mécanique, 1835.